Hygiene - Qualite - Consommation
Commerce équitable

La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme précise que "quiconque travaille a droit à une rémunération équitable lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à sa dignité humaine". Pourtant la Banque Mondiale constate régulièrement que plus de la moitié de la population mondiale vit en deçà du seuil de pauvreté. 

Face à ce constat, certaines organisations ont jugé nécessaire de faire évoluer les systèmes de transactions commerciales ainsi que les modes de consommation. De là est né la notion de commerce équitable.
Depuis quelques années, il essaie de s’imposer progressivement comme une alternative pour réduire les inégalités et permettre aux petits producteurs d’accéder directement au marché mondial sans passer par des intermédiaires.

Ce type de commerce repose sur différents principes visant à protéger l’homme et son environnement.

Il s’agit à la fois :
- d’assurer une juste rémunération du travail des producteurs et des artisans les plus défavorisés, leur permettant d’accéder à la santé, à l’éducation, au logement et à la protection sociale,
- de garantir le respect des droits fondamentaux des personnes (refus de l’exploitation des salariés, refus du travail des enfants, ...),
- d’instaurer des relations durables entre partenaires économiques,
- de favoriser la préservation de l’environnement,
- de proposer aux consommateurs des produits de qualité.

Labellisation "commerce équitable"

Afin de sortir de l’ombre le commerce équitable, ont été créés différents labels qui coexistent sur le marché.

Par ailleurs, la France, au travers de la loi du 2 août 2005, reconnait la place et le rôle du commerce équitable dans sa législation. 
Elle souhaite mettre en place, au bénéfice des consommateurs comme des producteurs en voie de développement, une garantie crédible de respect des conditions du commerce équitable.
La loi de 2005 crée une procédure de reconnaissance des personnes physiques ou morales qui veillent au respect des conditions du commerce équitable, par une commission (CNCE) dont la composition, les compétences et les critères de reconnaissance des personnes précitées sont définies par décret du 15 mai 2007.

La CNCE dispose d'un référentiel qui s'appuie sur les 6 critères à satisfaire pour obtenir la reconnaissance tels que définis dans le décret de mai 2007 :
* amélioration des conditions de vie des producteurs défavorisés des pays en voie de développement et appui aux organisations des producteurs vis-à-vis des marchés et des pouvoirs publics,
* indépendance : la personne qui sollicite la reconnaissance respecte les conditions du commerce équitable et n'a pas d'activités de production, de transformation ou de distribution,
* transparence : toute personne qui le demande doit avoir des informations relatives au mode de fonctionnement de la personne qui sollicite la reconnaissance,
* présence auprès des producteurs défavorisés : par un système de contrôle au niveau local, portant notamment sur la structure et le caractère démocratique des organisations des producteurs, ainsi que sur la transparence de la gestion des revenus,
* contrôle auprès des importateurs : notamment sur les conditions minimales relatives au prix d'achat,
* accompagnement et sensibilisation : accompagnement des producteurs sur leurs compétences, leurs prestations, leur organisation.

Quinzaine du commerce équitable en France :

Depuis 2000, une campagne d’information grand public est organisée tous les ans. L’objectif est d’expliquer aux consommateurs ce qu’est le commerce équitable et de les inciter à acheter "équitable". 
L'Institut National de la Consommation (INC) a été désigné comme opérateur pour mettre en place la stratégie de communication définie par la CNCE autour de trois supports : télévision, radio et internet.



Site à consulter : 
plate-forme du commerce équitable

 

Retour à la liste des fiches