Hygiene - Qualite - Consommation
Oméga 3 : rôles sur la santé

A l’heure actuelle, dans les pays occidentalisés, l’apport excessif de certaines graisses favorise le développement des maladies cardio-vasculaires. En France, ces maladies représentent la première cause de décès.
Cependant, il existe une catégorie de graisses qui a un effet bénéfique sur la santé. Il s’agit d’acides gras essentiels polyinsaturés (n-3 ou oméga 3) que notre organisme ne sait pas synthétiser mais que nous devons nous procurer dans notre alimentation. Les oméga 3 sont naturellement présents dans certains aliments, notamment dans le poisson (saumon, maquereau, etc.), dans certains produits de la pêche ou dans certaines huiles (huiles de colza, de noix, etc, ...).
L’acide eicosapentaénoïque ou EPA et l’acide docosahexaénoïque ou DHA sont deux des acides gras de type oméga 3 les plus connus du grand public.
Il est recommandé de consommer quotidiennement 2 g d’oméga 3 dont 650 mg d’EPA et de DHA.

Des études scientifiques ont montré que les oméga 3 possèdent la capacité de prévenir les maladies cardio-vasculaires en contrôlant l’agrégation plaquettaire et en exerçant un effet hypotriglycéridémiant. Elles indiquent également que les oméga 3 s’avèrent bénéfiques dans d’autres pathologies telles le diabète, le cancer, les maladies inflammatoires.
Les crétois, dont le régime alimentaire est le plus riche au monde en oméga 3, en apportent la preuve, ils souffrent moins d’accidents cardio-vasculaires.

Les apports en oméga 3 dans l’alimentation de la population française étant faibles de manière générale, un nombre croissant d’aliments dont l’étiquetage précise la richesse en oméga 3 (œufs, laits, poissons, huiles, etc.) apparaît à la vente.

Des recherches, début 2000, ont été menées par l’Institut National de Recherche Agronomique (INRA), l’Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie (ENSA) de Rennes et le Centre d’Etudes et de Recherches en Nutrition de Lorient sur la relation entre une alimentation animale riche en oméga 3 (en particulier grâce à l'apport de lin dans la ration) et le profil lipidique des consommateurs mangeant la viande issue de ce type d’élevage. Les résultats de l’étude clinique ont montré que l’introduction du lin dans l’alimentation animale a des effets positifs sur la nutrition et la santé du consommateur sans modification de ses habitudes alimentaires.

Suite à ces recherches, une nouvelle filière a vu le jour. Elle vise à obtenir des aliments naturellement riches en Oméga 3 en agissant sur l’élevage.
Actuellement une démarche est en cours auprès de la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF), qui a transmis le dossier à l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (AFSSA), pour mettre au point une allégation spécifique à cette filière.
L'AFSSA a publié en juillet 2003 un dossier intitulé "Acides gras de la famille oméga 3 et système cardiovasculaire : intérêt nutritionnel et allégations", dans lequel elle propose des pistes de réflexion sur les allégations nutritionnelles possibles.



Site à consulter : 
http://www.bleu-blanc-coeur.com

Document à télécharger 
Rapport Oméga 3

 

Retour à la liste des fiches