Hygiene - Qualite - Consommation
OGM : comment en obtenir ?

Qu'est-ce qu'un OGM ?

Chez tous les êtres vivants, de la bactérie responsable de la listériose à l’homme, en passant par les végétaux et les animaux, l’information génétique caractéristique de chaque individu est présente dans toutes les cellules d’un organisme et contenue dans les gènes eux-mêmes constitués d’ADN (acide désoxyribonucléique). Le fonctionnement normal des gènes aboutit à la production de protéines spécifiques indispensables à la bonne marche de l’organisme (enzymes, hormones, ...).

Toute modification du patrimoine génétique entraîne un changement dans les caractéristiques d’un individu. De telles modifications ont été mises en pratique depuis fort longtemps pour améliorer les espèces animales et végétales : c’est le but de la sélection génétique classiquement obtenue au moyen de croisements au sein d’une même espèce (animaux et végétaux) ou d’hybridations entre espèces différentes.

Le génie génétique est une méthode entièrement nouvelle qui permet d’introduire dans une cellule un gène qu’elle ne possède pas et d’aboutir à la production d’une protéine qui n’est pas normalement fabriquée par cette cellule.
Un organisme transgénique est un organisme issu du génie génétique dont le patrimoine génétique a été modifié par l’introduction d’un gène qui peut provenir d’une autre plante, d’une bactérie ou de tout autre organisme.
Un OGM (Organisme Génétiquement Modifié) est un organisme vivant dont le patrimoine génétique a été modifié par génie génétique et dont toutes les cellules possèdent le gène étranger qui est ainsi transmissible à sa descendance.

Comment obtient-on un OGM ?

La création des OGM a été rendue possible par les progrès des techniques de génie génétique et repose sur la découverte de l'universalité du langage génétique et sur le décodage de ce langage.

Chez tous les êtres vivants, l'information génétique est contenue dans les gènes, constitués d'ADN (Acide Désoxyribonucléique, constituant essentiel des chromosomes), présents dans chaque cellule, qui s'expriment en permettant la synthèse des protéines constitutives des tissus vivants. Le langage génétique étant universel, il est possible de transférer un gène et donc un caractère d'un organisme à un autre et d'une espèce à une autre.

Le transfert d'un gène nouveau à un organisme s'effectue schématiquement en 5 étapes successives :

1 - Repérage d’un caractère intéressant dans un autre organisme vivant (plante, bactérie, champignon, ...) et identification de la protéine responsable de ce caractère, par exemple un composé toxique pour un insecte ravageur.

2 - Identification et isolement du gène correspondant à cette protéine.

3 - Intégration du gène dans un vecteur (autre ADN provenant d’un virus par exemple) afin de permettre le transfert de ce gène dans des bactéries où il sera multiplié en grand nombre. C’est l’opération dite de clonage du gène. En général, parallèlement est associé au gène sélectionné, un gène marqueur qui permet de repérer les cellules où la construction génétique est présente.

4 - Introduction de la construction génique dans la cellule de l’organisme à modifier par différentes méthodes selon la nature de l’organisme receveur :
Plantes :
- transfert biologique : au moyen de bactéries du genre Agrobacterium qui transfèrent naturellement une partie de leur ADN à la cellule receveuse,
- transfert mécanique : les constructions géniques portées par des microbilles de tungstène sont projetées dans la cellule receveuse.
Animaux :
- micro-injection : le transgène est introduit dans l’oeuf fécondé très précocement, l’oeuf est ensuite implanté dans l’utérus,
- transfert au moyen de virus.

5- Sélection des cellules exprimant le gène intéressant.



Sites à consulter : 
http://www.agriculture.gouv.fr
http://www.environnement.gouv.fr
http://www.recherche.gouv.fr

 

Retour à la liste des fiches